Comment faciliter le développement des compétences informationnelles chez l'étudiant?


"Comment faciliter le développement des compétences informationnelles chez l'étudiant?"















Crédit image: https://vle.whs.bucks.sch.uk/mod/page/view.php?id=51043

Permettre l'erreur, tendre des pièges et encadrer la chute

On apprend en faisant des erreurs, c'est bien documenté et depuis longtemps (Starch 1910). L'important c'est de reconnaître l'erreur a été faite et comment ne plus la répéter. Le travail de l'enseignant dans ce contexte sera à la fois de tendre des pièges habiles, puis de rattraper la balle au bond lorsque l'étudiant fait des erreurs en fournissant à temps un feedback formatif et abondant. Par exemple, il peut demander aux étudiants de visiter un site web clairement louche qui parle d'extraterrestres et de fin du monde et leur permettre d'exprimer leur impression dudit site.

Demander plusieurs sources et demander de les comparer

Lorsqu'on magasine, on cherche souvent à minimiser les coûts, mais souvent aussi on cherche à optimiser les coûts et les qualités des produits qu'on se procure. Comme pour les achats en grande surface, la recherche d'information doit être enseignée comme l'art de comparer et de tirer des leçons de ces comparaisons. En demandant plusieurs sources, comme par exemple pour le TP1 de PPA6015, l'enseignant s'assure que l'étudiant qui fait une recherche minimale ne se fie pas à 100% sur une seule source.

S'il y a un conflit entre les informations de deux ou plusieurs sources, l'étudiant a l'occasion d'exercer son regard critique sur les différences et en éliminer quelques unes qui sont hors-norme. Si l'enseignant doit apporter des suggestions de sites web qu'il considère véridiques, ou encore référer à des publications vérifiés par des comités de pairs afin de permettre une comparaison des sources qui sera fructueuse (Swanson, 2004).




Crédit image : http://guides.library.uwm.edu/infolit/module5


Le temps blanchit les têtes sans mûrir la raison

Peu importe l'âge de vos apprenants, il est nécessaire de considérer leur niveau de base en compétences informationnelles, plus précisément le point 6.2.2.4 du référentiel de Poellhuber et Bérubé (2005) "Sélectionner l'information pertinente et crédible".

Connaître leurs stratégies de recherche dans un exercice formatif ou un premier TP, en mesurant la qualité et la quantité de sources citées dans un premier travail, permettra à l'enseignant d'apporter des notions importantes à l'étudiant face à ce qu'est une bonne source et comment identifier comme telle une source qui nous était inconnue. Sans nécessairement indiquer quelles sont les sources qui sont bonnes ou mauvaises, cela peut donner des outils ou des astuces afin de développer leur compétences.

Dans un monde idéal, les élèves apprendront à se poser par eux-mêmes les questions standard lors de l'évaluation de leurs sources. En principe, tous les étudiants de CÉGEP terminent leurs études avec cette compétence transversale bien maîtrisée, mais cette compétence se développe généralement plus tard, à l'université, par nécessité de rigueur scientifique et n'est pas vraiment maîtrisée ni comprise dans la population générale (Shapiro et Hugues, 1996).




Crédit image: http://www.improvediagnosis.org/?ClinicalReasoning

En conclusion

Évidemment, nous ne vivons pas dans un monde idéal. On doit y aller intuitivement en enseignant et essayer de donner tous les outils et toutes les connaissances aux étudiants sans les enterrer sous un tas d'informations lourdes et indigestes. Laisser faire des erreurs et apprendre de celles-ci, permettre le développement personnel par l'exercice de jugement et donner des outils intellectuels à nos étudiants sont trois solutions que je vois à la question.

Il y a probablement plusieurs astuces que les enseignants d'expérience pourront apporter à cette réflexion, je vous invite à commenter cet article!

Actualités technopédagogiques sur Facebook